Je tiens d'abord avant de commencer cet article à prévenir que mon article est un "faux" article. Je ne me considère en aucun cas comme une mauvaise mère. Je décris ce qu'est une "mauvaise mè!re" au yeux de la société actuelle.




Alooooooooohaaaaaa la blogosphère !




On se retrouve aujourd'hui pour un nouvel article QLF qui parle de moi, en tant que mère et des raisons qui prouve que je suis une "mauvaise mère". Certaines personnes ont des idées préconçues sur la façon de faire et d'être avec nos enfants au point de faire culpabiliser pas mal de parents. Je ne suis pas de ceux qui culpabilisent, mais au contraire, qui accepte que oui, être un parent parfait n'est pas évident et surtout un parent PARFAIT n'existe pas. Je suis ceux qu'on pourrait appeler une mauvaise mère.



Pourquoi ? Pour plusieurs raisons ;




  1. Je suis le genre de mère a laissé mon enfant devant la télé quand j'ai de la paperasse urgente à faire ou quand un ménage atroce m'attend. Même à le laisser devant sa tablette que je lui ai gentiment achetée juste pour avoir un peu de calme. Et ce n'est certainement pas Titi qui s'en plaindrait, il adore regarder les dessins animés, surtout "le monde merveilleux de Gumball" (Cartoon Network pour les intéresser).
  2. J'emmène une fois par mois Lolo au MCDO avec son papa. Déjà parce que j'aaaaaaadore bouffer comme une grosse et que ça nous fait plaisir de lui faire plaisir. Et aussi parce que ça évite une vaisselle inutile (OUH LA VILAINE!).
  3. Je gronde et puni mon fils. Régulièrement. Parce qu'il a la tête dure comme du ciment et je sais que ça ne lui fera pas de mal de comprendre qu'il n'est pas en droit de faire certaines bêtises. Voir toutes. Je discipline mon fils, et je ne pense pas qu'il m'aime moins pour autant.
  4. Je ne donne pas de fruits et légumes BIO à mon enfant. Mais QUELLE TRAGEDIE ! D'une parce que ça coûte la peau du c*l et de deux parce que je ne crois pas en tout "ça". Il mange bien des fruits et des légumes, mais du marché à 1 euro le kilo et ça lui convient très bien. 
  5. J'ai arrêté depuis belle lurette de faire des petits pots "maisons" à mon fils par manque de temps et par flemme (ouais, j'ai la flemme et alors?). J'aime bien ceux de Bledina et ils ont l'air pas mal vu que Titi les dévore d'une traite. Donc m'bon...
  6. Je lui donne même des bonbons de temps en temps. Je suis vraiment une mère indigne !
  7. Je pourris mon fils de jouets en tous genre (surtout de voitures) pour son plus grand plaisir.
  8. Et je suis une mauvaise mère surtout parce que j'élève mon enfant au feeling, avec mon cœur et sans écouter qui que ce soit.



En écrivant cet article, je me suis dit "Dédé fait gaffe, en te lisant, les gens se feront une opinion de toi qui n'est pas la bonne". Mais en vous écrivant, j'ai aussi voulu être honnête avec vous, mes lecteurs. La société ne cesse de nous renvoyer en pleine face que nous sommes des parents indignes par nos erreurs et nos maladresses. À nous dire de faire "comme ci" ou "comme ça" alors qu'en tant que parent, on essaye juste de faire de notre mieux chaque jour afin de n'avoir aucun regret et de se dire plus tard "on a fait de notre mieux". Aucune mère et aucun père, digne de ce nom n'est un mauvais parent. C'est faux. On est-ce que l'on est et on fait ce qu'on a à faire. On se trompe, on essaye de s'améliorer, mais pour rien au monde, on a le droit d'être jugé par qui que ce soit. Soyez fiers de vous chers parents. Vous êtes les meilleurs dans les yeux de vos enfants. Et ça, ça n'a pas de prix.




La tendresse d'une mère pour son enfant commence à l'instant même où son enfant voit le jour. Mais à mesure que l'enfant grandit, la mère s'attache à lui par tous les liens qui peuvent unir une âme à une autre. Elle l'aime pour les grâces qu'il a réellement, et pour celles qu'elle lui suppose ; elle l'aime pour le bonheur qu'il lui donne, et pour les soins et pour les peines qu'il lui a coûtés ; elle l'aime quelquefois pour ses défauts, ou pour ses souffrances ; elle aime en lui l'image vivante et embellie du père de famille ; elle l'aime comme la consolation et la gloire de son avenir  Jules Simon 


Merci de m'avoir lu. À très vite :)




Je tiens d'abord avant de commencer cet article à prévenir que mon article est un "faux" article. Je ne me considère en aucun cas comme une mauvaise mère. Je décris ce qu'est une "mauvaise mè!re" au yeux de la société actuelle.




Alooooooooohaaaaaa la blogosphère !




On se retrouve aujourd'hui pour un nouvel article QLF qui parle de moi, en tant que mère et des raisons qui prouve que je suis une "mauvaise mère". Certaines personnes ont des idées préconçues sur la façon de faire et d'être avec nos enfants au point de faire culpabiliser pas mal de parents. Je ne suis pas de ceux qui culpabilisent, mais au contraire, qui accepte que oui, être un parent parfait n'est pas évident et surtout un parent PARFAIT n'existe pas. Je suis ceux qu'on pourrait appeler une mauvaise mère.



Pourquoi ? Pour plusieurs raisons ;




  1. Je suis le genre de mère a laissé mon enfant devant la télé quand j'ai de la paperasse urgente à faire ou quand un ménage atroce m'attend. Même à le laisser devant sa tablette que je lui ai gentiment achetée juste pour avoir un peu de calme. Et ce n'est certainement pas Titi qui s'en plaindrait, il adore regarder les dessins animés, surtout "le monde merveilleux de Gumball" (Cartoon Network pour les intéresser).
  2. J'emmène une fois par mois Lolo au MCDO avec son papa. Déjà parce que j'aaaaaaadore bouffer comme une grosse et que ça nous fait plaisir de lui faire plaisir. Et aussi parce que ça évite une vaisselle inutile (OUH LA VILAINE!).
  3. Je gronde et puni mon fils. Régulièrement. Parce qu'il a la tête dure comme du ciment et je sais que ça ne lui fera pas de mal de comprendre qu'il n'est pas en droit de faire certaines bêtises. Voir toutes. Je discipline mon fils, et je ne pense pas qu'il m'aime moins pour autant.
  4. Je ne donne pas de fruits et légumes BIO à mon enfant. Mais QUELLE TRAGEDIE ! D'une parce que ça coûte la peau du c*l et de deux parce que je ne crois pas en tout "ça". Il mange bien des fruits et des légumes, mais du marché à 1 euro le kilo et ça lui convient très bien. 
  5. J'ai arrêté depuis belle lurette de faire des petits pots "maisons" à mon fils par manque de temps et par flemme (ouais, j'ai la flemme et alors?). J'aime bien ceux de Bledina et ils ont l'air pas mal vu que Titi les dévore d'une traite. Donc m'bon...
  6. Je lui donne même des bonbons de temps en temps. Je suis vraiment une mère indigne !
  7. Je pourris mon fils de jouets en tous genre (surtout de voitures) pour son plus grand plaisir.
  8. Et je suis une mauvaise mère surtout parce que j'élève mon enfant au feeling, avec mon cœur et sans écouter qui que ce soit.



En écrivant cet article, je me suis dit "Dédé fait gaffe, en te lisant, les gens se feront une opinion de toi qui n'est pas la bonne". Mais en vous écrivant, j'ai aussi voulu être honnête avec vous, mes lecteurs. La société ne cesse de nous renvoyer en pleine face que nous sommes des parents indignes par nos erreurs et nos maladresses. À nous dire de faire "comme ci" ou "comme ça" alors qu'en tant que parent, on essaye juste de faire de notre mieux chaque jour afin de n'avoir aucun regret et de se dire plus tard "on a fait de notre mieux". Aucune mère et aucun père, digne de ce nom n'est un mauvais parent. C'est faux. On est-ce que l'on est et on fait ce qu'on a à faire. On se trompe, on essaye de s'améliorer, mais pour rien au monde, on a le droit d'être jugé par qui que ce soit. Soyez fiers de vous chers parents. Vous êtes les meilleurs dans les yeux de vos enfants. Et ça, ça n'a pas de prix.




La tendresse d'une mère pour son enfant commence à l'instant même où son enfant voit le jour. Mais à mesure que l'enfant grandit, la mère s'attache à lui par tous les liens qui peuvent unir une âme à une autre. Elle l'aime pour les grâces qu'il a réellement, et pour celles qu'elle lui suppose ; elle l'aime pour le bonheur qu'il lui donne, et pour les soins et pour les peines qu'il lui a coûtés ; elle l'aime quelquefois pour ses défauts, ou pour ses souffrances ; elle aime en lui l'image vivante et embellie du père de famille ; elle l'aime comme la consolation et la gloire de son avenir  Jules Simon 


Merci de m'avoir lu. À très vite :)




Enregistrer un commentaire

» Tous vos commentaires sont d abord validés par moi avant d être publier.
Ne vous inquiétez donc pas si vous ne les voyez pas afficher dès que vous les envoyer.
Je les lis tous avec soins et amours et je me promets de répondre à chacun d entre eux ♥︎

Contact

Instagram

© A Parisian lifestyleThe Basic Page